Bannière qui représente le logo du site anti fake funko

FUNKO SEX PISTOLS

ICI TOUTE LES FUNKO SEX PISTOLS 
L’UNIVERS FIGURINE ROCKS COMPTE BEAUCOUP DE FAKE ! SA TOUCHE QUASIMENT TOUTE LES CATEGORIES FUNKO POP
LA LISTE EST LONGUE SI VOUS VOULEZ EN VOIR D’AUTRE
C’EST ICI

JOHNNY ROTTEN

SID VICIOUS

STEVE JONES

Le Saviez-Vous ?

C’est au pub Roebuck, sur King’s Road, que l’histoire des Sex

Pistols a démarré en août 1975, sur la rencontre du manager Malcolm McLaren, du batteur Paul Cook et du guitariste Steve Jones avec un gars aux cheveux verts coupés court nommé John Lydon.

Trois mois plus tard, rebaptisé Johnny Rotten (pourri), il était devenu le chanteur d’un groupe qui allait bouleverser d’une manière dévastatrice le monde du rock en voie d’abrutissement disco-FM avancé.

Agrémenté du bassiste Glen Matlock, la formation sortait Anarchy in the UK, premier simple, en novembre 1976.

A partir de là, emporté par un cyclone médiatique insensé, les Sex Pistols ont vécu une histoire tourmentée, fertile comme on dit en rebondissements.

Signature en octobre 1976 avec EMI, maison des Beatles, qui résilie le contrat en janvier 1977; graves dissensions entre Rotten et Matlock entraînant l’éviction de ce dernier et l’arrivée de Sid Vicious;

signature (devant Buckingham Palace) avec A & M qui se rétracte six jours plus tard en détruisant ses exemplaires de God Save the Queen; mort après coup de Sid Vicious, débordé par son personnage de punk terminal…

Ne sont que quelques épisodes d’une aventure qui s’est en fait abruptement achevée le 14 janvier 1978 au Winter Ballroom de San Francisco.

Jusqu’en décembre 1995, les offres d’une reformation lucrative avaient toujours été rejetées avec le dernier mépris par le corrosif, l’irréductible Rotten-Lydon, d’ailleurs recyclé en beauté dans l’aventure PIL.

Mais cette fois-ci, aucun doute, les Sex Pistols sont de retour. J

ohn Lydon s’étant purgé de ses mauvais souvenirs en écrivant No Irish, No Blacks, No Dogs (autobiographie), le groupe revient clamer son dû.

Au bungalow numéro 1, au bord de la piscine du Château Marmont, l’hôtel légendaire situé sur Sunset Boulevard à West Hollywood (où John Belushi a trouvé la mort), le salon est une véritable ruche, où trône Steve Jones.